********LES MOTS SOUDAIN VIENNENT/ PAPILLONS DE L'INEFFABLE/ ECRIRE UN HAÏKU… Claude Lopez-Ginisty*********

mardi 29 mai 2012

Shuson Kato (加藤 楸邨): un haïjin chrétien



Kato Shuson
Shuson Kato/ 加藤 楸邨 (né le 26 mai 1905, mort le 3 juillet 1993) appartenait à l '«École d'exploration humaine" avec Ishida Hakyo et Nakamura Kusatao. Ensemble, ils ont influencé grandement le haïku japonais moderne. Il a également publié la revue intitulée "Kanrai" qui signifie "tonnerre en hiver." 

Shuson Kato est né Takeo, mais il a toujours été appelé Shuson. Il a été baptisé à l'âge de 13 ans. Quand il était jeune, il méprisait le haïku et il était plus intéressé par le tanka de 31 syllabes. Cependant, quand il commença à travailler à Kasukabe Chu-gakko (Collège), l'hôpital local recevait la visite de Shuoshi Mizuhara (un célèbre haïjin). 
Après que Kato et ses collègues eussent rencontré Mizuhara, Kato devint son disciple à vie. 

Bientôt, Kato est devenu connu comme un excellent haijin et il remporta le prix du célèbre magazine de haïku Ashibi. 
 En 1929, Shuson se maria et plus tard eut trois enfants. En 1939, il publia son premier recueil de haïku, Kanrai (qui signifie " Tonnerre d'Hiver") et il est rapidement devenu célèbre. 
En 1970, il a commencé à juger des soumissions de haïku pour la page de haïku hebdomadaire du journal Asahi.



+
Haiku par Kato



Je tue une fourmi
et je réalise que mes trois enfants
m'ont regardé.

+



 Six pieds de terre
dans le gel de la glèbe
 devient un lieu suffisant pour les morts.

( Ce dernier haïku est son épitaphe!)

Sources 
http://www.poemofquotes.com/famoushaiku/kato.php

+

Autres haïku

Rose d'hiver
Ce doit être un mirage
dans les yeux d'un malade?

+

J'éteins la lumière
devant la lune
un précipice en mon cœur

+

Gisant sur le sable chaud
La forme parfaite
d'une vie perdue

+

Nuit de gel, un enfant
pleure, il appelle quelque chose
qui est plus loin que ses parents

+

Feuille qui tombe
à l'instant où elle touche terre
s'arrête le temps

+
Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

Aucun commentaire:

Publier un commentaire